20.000 personnes attendent dans le couloir de la mort

Dans son rapport annuel sur la peine de mort dans le monde publié ce mercredi 10 avril, Amnesty International relève que quatre pays concentrent à eux seuls quasiment 80% des exécutions dans le monde.
20.000 personnes attendent dans le couloir de la mort
Amnesty International relève que quatre pays concentrent à eux seuls quasiment 80% des exécutions dans le monde. Romeo GACAD / AFP

En 2018, 690 personnes ont été exécutées dans 20 pays contre 993 en 2017, indique Amnesty International dans son rapport annuel sur la peine de mort, malgré une hausse dans plusieurs pays dont les États-Unis et le Japon. Ce chiffre est le plus bas depuis dix ans. "La chute du nombre d'exécutions à l'échelle mondiale prouve que même les pays apparemment les plus rétifs amorcent un changement et réalisent que la peine de mort n'est pas la solution", a déclaré Kumi Naidoo, secrétaire général d'Amnesty International. À noter que ce chiffre ne comprend pas les exécutions en Chine, où les chiffres ne sont pas dévoilés mais "on pense que les exécutions s'y comptent par milliers", précise l'ONG.

L'organisation explique cette baisse par les modifications apportées à la loi relative à la lutte contre les stupéfiants en Iran, où le nombre d'exécution a baissé de 50 %, et par la "diminution des chiffres dans certains des pays responsables de la majorité des exécutions", notamment en Irak, au Pakistan et en Somalie.

690 exécutions en 2018

En 2018, Amnesty International a enregistré 2.531 condamnations (Chine non incluse) contre 2.591 en 2017. Néanmoins, 19.336 personnes attendraient leur exécution. L'ONG s'est dite "préoccupée par la forte hausse du nombre" de ces condamnations dans certains pays. Par exemple, elles ont été multipliées par quatre en Irak (271 condamnations à mort en 2018), et ont augmenté de 75% en Egypte (717).

En revanche, d'autres pays ont renoué avec la peine de mort. C'est le cas de la Thaïlande, qui l'avait pourtant bannie en 2009. Le nombre d'exécutions a aussi augmenté dans plusieurs pays, comme à Singapour (13) au Soudan du Sud (7) ou encore au Belarus (4).

Malgré ces chiffres, Amnesty International estime que la peine de mort est "résolument en recul" dans le monde. En un an, l'ONG a constaté une baisse globale de 31 %. Le Burkina Faso a adopté un nouveau code pénal excluant la peine de mort et aux États-Unis, la loi relative à la peine capitale dans l'État de Washington a été déclarée inconstitutionnelle.