Gilets jaunes: l'exécutif prolonge les aides aux commerçants

Aucune défaillance d'entreprise n'a encore été signalée mais Bercy souligne les "menaces" de dépôts de bilan.
Une boutique vandalisée à Paris durant la manifestation des gilets jaunes du 8 décembre REUTERS/Benoit Tessier

L'onde de choc économique provoquée par les gilets jaunes n'a pas fini de se faire sentir. Les mesures d'accompagnement destinées aux entreprises touchées par les manifestations, prises fin novembre, vont être prolongées, a annoncé ce mardi la secrétaire d'Etat à l'Economie, Agnès Pannier-Runacher.

La prolongation de trois mois de l'étalement des charges sociales et des échéances de paiement des impôts a été annoncée lors d'une réunion à Bercy entre organisations patronales, fédérations de commerçants et d'artisans, d'assureurs et de banques, d'hôteliers et de restaurateurs.

Dispositifs encore sous-utilisés

Au 7 janvier, quelque 58 000 salariés en France étaient concernés par des mesures de chômage partiel, plus de 4000 entreprises, majoritairement des PME, en ayant fait la demande auprès des services du ministère du Travail.

Des "plans spécifiques" d'aide aux PME les plus touchées pourront être mis en place localement, d'une durée maximum de 20 mois, a précisé la secrétaire d'Etat, en soulignant que la cellule de continuité économique (CCE) restait activée.

Néanmoins, a-t-elle noté, certains dispositifs n'ont pas encore été "massivement" utilisés par les entreprises touchées, en raison d'"un peu d'auto-censure" des commerçants et artisans, qui "hésitent à dire que ça ne va pas bien". "Il ne faut pas hésiter à solliciter son banquier", a ajouté la secrétaire d'Etat, ni sa société d'assurance, sachant que seules 1200 déclarations de sinistres ont été déposées.

Appel à consommer pendant les soldes

Elle a indiqué que pour l'instant, aucune défaillance d'entreprise n'avait été signalée. Elle a néanmoins évoqué des "menaces" de dépôts de bilan. "La trésorerie des commerçants est tendue, voire très tendue chez certains, avec une situation très hétérogène selon les endroits du territoire", a affirmé Agnès Pannier-Runacher.

"Il y a certes eu un effet 'rattrapage' durant les fêtes de fin d'année, notamment la semaine de Noël, mais ça ne suffira pas à compenser les pertes de chiffre d'affaires", notamment dans le secteur de l'hôtellerie-restauration, a-t-elle ajouté.

Les fédérations du commerce sont "inquiètes et très mobilisées pour les soldes" d'hiver, qui doivent permettre de "gagner en trésorerie". "Si on veut aider ses commerçants de proximité, il ne faut pas hésiter à consommer, à aller acheter ce dont on a besoin chez eux, c'est le moment de le faire, ils en ont besoin", a-t-elle lancé.